Comment coudre les tissus maille

Comment coudre les tissus maille
15/02/2022 Cami

Bonjour tout le monde ! Je m’apprête à lancer mon premier patron pour tissus extensibles, le patron de t-shirt Nuage. C’est donc le moment idéal pour vous donner quelques conseils sur la couture des tissus maille, conseils basés sur mon expérience et mes préférences. Je n’expliquerai pas les différences entre le tissu maille et le tissu chaîne et trame, seulement comment le coudre au mieux. Sans plus tarder, voici donc mes conseils pour coudre les tissus maille.

1. Choisir le bon tissu maille…

…pour le bon patron / projet. Le choix du tissu est essentiel pour n’importe quel projet couture, et les tissus maille n’y dérogent pas. Apprendre à coudre les tissus maille c’est d’abord choisir la bonne maille!

Quelques types de mailles communes

  • jersey de coton : utilisé pour la couture des t-shirts, tops et robes, plus ou moins ajustés. Bonne tenue, élasticité faible à moyenne de 30% à 40% (voir plus bas ma technique pour calculer l’élasticité).
  • jersey viscose ou bamboo : utilisé pour la couture de tops ou robes ajustés. Tissu léger, élasticité moyenne à forte de 50% à 90%.
  • sweat en coton : utilisé pour la couture de joggings, pulls ou sweats à capuche. Tissu lourd, faible élasticité.
  • Lycra / Spandex / élasthanne : utilisés pour la couture de maillots de bain et vêtements de sport type leggings. Séchage rapide, élasticité forte et bi-directionnelle (en long et en large) pour une totale liberté de mouvement.

Ce n’est pas une liste exhaustive mais ce sont les incontournables, à mon avis. Il y a bien sûr de nombreux autres tissus maille : bord côte, ponte di roma, jersey texturé (torsadé par exemple), jersey modal, scuba, etc.

Comment choisir le bon tissu?

Quand vous choisissez un tissu maille pour un patron ou un projet, il y a plusieurs choses à vérifier pour vous guider.

Suivre le patron

Tout d’abord, si vous utilisez un patron, vérifiez les suggestions de tissus indiquées par le patron. Les patrons donnent une liste de tissus appropriés et une idée des caractéristiques souhaitées pour ce tissu. Ne négligez pas cela, car les patrons sont souvent imaginés pour un certain type de tissu (parole de créatrice de patrons !) et comme on l’a vu plus haut, les tissus maille ont des caractéristiques bien précises. Un autre élément à vérifier est le tableau des mesures du vêtement fini. Grâce à ce tableau vous pourrez calculer l’aisance du vêtement (c’est à dire l’espace disponible entre votre corps et le vêtement) : (mesures du vêtement fini)  (mesures du corps) = aisance. L’aisance donne une indication sur le taux d’élasticité souhaité dans le tissu. Par exemple, si l’aisance est négative (les mesures du vêtement fini sont plus petites que les mesures du corps), il faut un tissu très élastique. S’il y a zéro ou peu d’aisance, vous pourrez viser une maille avec un faible taux d’élasticité. Cela m’amène au point suivant…

Observer le tissu

Ensuite, vérifiez le taux d’élasticité du tissu. À combien s’étirent 10cm de tissu ? Si vous obtenez 14cm, alors le taux est de 40%, si vous obtenez 19cm, alors il est de 90%. Dans mon exemple ci-dessous, le taux d’elasticité est de 30%. Avec ce tissu, je peux faire un t-shirt ajusté avec zéro ou peu d’aisance.

Vérifiez également la « reprise » du tissu. Etirez le tissu et voyez s’il récupère sa forme / taille initiale. S’il a une bonne reprise, tant mieux ! Sinon, je ne recommande pas son utilisation, car vous vous retrouverez avec un vêtement difforme après couture, pire après l’avoir porté, et encore pire après lavage…! Le seul inconvénient des tissus ayant une bonne reprise est qu’ils contiennent des fibres non naturelles spandex / élasthanne : donc difficilement recyclables.

Finalement, comme pour d’autres projets, vérifier le poids, la tenue, et le tombé du tissu pour voir s’il convient…un jersey de viscose léger avec certes un beau tombé ne fera pas un bon sweat à capuche par exemple !

2. Choisissez la machine pour coudre les tissus maille

Vous pouvez utiliser différentes machines pour coudre les tissus maille. Connaître ce que chaque machine fait vous aidera à appréhender la couture des tissus extensibles sans peur.

Surjeteuse

Une surjeteuse est une machine permettant essentiellement de finir les bords et les marges de couture pour éviter qu’ils ne s’effilochent. Le point de surjet donne aux vêtements une finition impeccable et leur permet une bonne longévité, lavage après lavage. Pour les tissus maille, une surjeteuse peut faire à la fois la couture d’assemblage et la finition des marges de couture. Pour assembler un vêtement en tissu extensible, vous pouvez n’utiliser que la surjeteuse si vous le souhaitez. L’avantage c’est que la couture faite à la surjeteuse est extensible, ce qui est idéal pour ce type de vêtement.

Une surjeteuse est un certain investissement par contre et peut faire peur aux débutant.e.s. Notamment la partie enfilage ! Et le réglage de la tension des fils peut s’avérer compliqué aussi.

Recouvreuse

Une recouvreuse est utile pour les ourlets de vêtements extensibles. Elle permet de faire deux lignes de couture parallèles sur l’endroit d’un vêtement et la finition du bord sur l’envers, tout cela en même temps. C’est une super machine qui donne un rendu professionnel et l’impression que le vêtement sort de l’usine !

Cependant les recouvreuses sont chères et leur usage est limité. C’est une autre machine à avoir, et cela prend de la place. Pour ces raisons, on en voit peu en couture domestique.

Juki MCS-1500 Cover Stitch

Machine à coudre classique

La machine à coudre classique peut faire tout ce dont on a besoin pour les tissus maille : l’assemblage et les finitions (job de la surjeteuse), et les deux lignes de couture parallèles (le job de la recouvreuse). Donc si vous n’avez pas de surjeteuse ou de recouvreuse, vous pouvez coudre les tissus maille simplement avec votre machine à coudre. Et si vous avez une surjeteuse ou une recouvreuse, vous aurez peut être quelques détails à coudre à la machine à coudre classique. Il y a quand même des choses à savoir pour coudre correctement les tissus maille avec la machine à coudre classique (j’en parle plus bas).

Selon moi, l’inconvénient de tout faire à la machine à coudre classique est que vous n’aurez pas un rendu aussi professionnel qu’en utilisant les autres machines, mais lorsque l’on débute, ou qu’on coud rarement des tissus extensibles, il n’est pas forcément nécessaire d’investir dans les autres machines.

En définitive, quelle machine utiliser pour coudre les tissus maille est une question de budget, de préférence, de priorité et de place. Personnellement, après avoir cousu quelques t-shirts avec ma machine à coudre classique, j’ai réalisé que je voulais faire quelque chose de plus professionnel et durable, donc j’ai économisé pour m’acheter une surjeteuse. Ma Juki (en photo plus haut) me satisfait pleinement, et ceci n’est pas un commentaire sponsorisé. Toutefois j’ai fait le choix de ne pas acheter de recouvreuse et je ne prévois pas d’en acheter dans un futur proche car je n’ai pas le budget et l’absolue nécessité. Cela me va de faire mes ourlets de t-shirts avec l’aiguille double sur ma machine à coudre classique pour le moment.

3. Les types de points de couture pour coudre les tissus extensibles

Connaître les différents points de couture et leur utilisation vous aidera à mieux choisir comment coudre les tissus maille. Voici differents types de points obtenus avec les différentes machines vues plus haut et leur utilisation. Souvenez-vous qu’il n’y a pas qu’une seule règle pour coudre les tissus maille mais des pratiques, des préférences et des options différentes.

Points pour l’assemblage

  • Point zig zag : pour les coutures qui ont besoin d’être élastiques comme les encolures, les emmanchures, les coutures côtés, etc.

  • ou point droit : pour les coutures qui n’ont pas besoin d’être / ne doivent pas être élastiques comme les épaules ou les coutures côtés (dans le cas d’un vêtement non ajusté).

  • ou point de surjet (à la surjeteuse) : on peut tout à fait assembler un vêtement à la surjeteuse. À garder en tête : les marges de couture sont de 6mm par défaut avec la surjeteuse.

Il y a 2 questions à se poser pour chaque couture d’assemblage d’un vêtement extensible :

  • Si vous assemblez à la machine à coudre classique : cette couture doit-elle être extensible ou pas ? Choisissez un point zig zag ou un point droit en fonction de la réponse.
  • Quelle est la marge de couture incluse dans le patron ? Certains patrons incluent 6mm, d’autres 1cm ou 1,5cm. Placez votre tissu en fonction sur la machine utilisée afin de respecter la marge de couture.

Points de finitions des bords bruts et des marges de couture

  • Pas de finition : la plupart des tissus maille ne s’effilochent pas donc vous pouvez zapper l’étape de finition des bords si vous le souhaitez. Ce n’est pas ma préférence car j’ai l’impression que mon vêtement n’est pas fini et les bords de la maille ont tendance à « rouler » (surtout le jersey).

  • ou point zig zag : je finissais toutes mes marges de couture au point zig zag lorsque je n’avais pas de surjeteuse (pour les tissus chaîne et trame comme pour les tissus maille).

  • ou point de surjet: assemble et fini les marges de couture en même temps. Mon préféré depuis que j’ai ma surjeteuse.

Points de surpiqûre pour ourlet / encolure

  • surpiquer au point zig zag ou au point droit. Certains ourlets doivent être extensibles (choisissez le zig zag), certains n’ont pas besoin (le point droit peut être utilisé). L’avantage du zig zag c’est qu’il est extensible et finit le bord situé de l’autre côté en même temps.

  • ou surpiquer à l’aiguille double avec la machine à coudre classique. J’utilise toujours cette méthode pour faire mes ourlets de t-shirts et je pense que le rendu n’est pas très éloigné de ce que l’on obtient à la recouvreuse. Sur l’endroit, on obtient deux lignes de points droits parallèles, et sur l’envers, un point zig zag qui permet de garder l’ensemble élastique et de finir le bord brut.

Personellement, j’aime finir les bords à la surjeteuse avant de faire la surpiqûre à l’aiguille double. Je trouve le rendu plus propre.

  • ou surpiquer à la recouvreuse : la finition d’ourlet la plus professionelle de toutes !

Photo d’un t-shirt du prêt-à-porter car je n’ai pas de recouvreuse !

4. Acheter des aiguilles et des pieds de biche spéciaux pour maille

Si vous faites tout ou partie de la couture à la machine à coudre classique, certains accessoires vous seront plus qu’utiles pour coudre la maille. Je parle des aiguilles et des pieds de biche.

Aiguilles jersey / stretch

Afin de coudre du tissu extensible, il est important d’utiliser des aiguilles spéciales. Le tissu est tissé différemment du chaîne et trame et nécessite des aiguilles différentes avec une extrémité plus arrondie permettant de passer entre les mailles plus facilement sans les casser. Faites-moi confiance, cela fera toute la différence sur la qualité de la couture, et ainsi sur votre mental :). Avec une aiguille universelle, votre machine sautera des points, votre fil cassera et vous penserez que c’est la faute de votre machine !!

Certaines machines sont plus « douées » que d’autres à la couture de la maille (affirmation non démontrée). Par exemple, ma Pffaf de 10 ans d’âge n’est pas la meilleure dans ce domaine ! J’ai essayé plein d’aiguilles différentes car je ne pouvais pas avoir une ligne de couture sans points manqués, ou le fil se cassait sans arrêt pendant la couture. Finalement, les aiguilles Singer pour maille sont celles qui fonctionnent le mieux pour ma machine et la maille. Depuis que je les utilise je n’ai plus de problème.

Attention toutefois, un fil qui casse ou des points sautés peuvent avoir différentes causes : qualité du fil utilisé (utiliser du fil polyester Guttermann), tension, enfilage. Le livret de votre machine peut proposer des solutions.

Aiguille double

Si tout comme moi, vous ne comptez pas acheter de recouvreuse, achetez une aiguille double, c’est beaucoup moins cher !

J’ai aussi eu des soucis pour l’utiliser (pareil, fils qui cassent, points sautés) jusqu’à ce que j’utilise ce conseil lu quelque part : ne pas enfiler le fil de droite dans le dernier guide fil. Cela a tout changé pour moi !

Attention toutefois, un fil qui casse ou des points sautés peuvent avoir différentes causes : qualité du fil utilisé (utiliser du fil polyester Guttermann), tension, enfilage. Le livret de votre machine peut proposer des solutions.

Pied à double entraînement

Quand on coud, la machine transporte le tissu de l’avant vers l’arrière grâce aux griffes d’entraînement situées en dessous du tissu au niveau de la plaque d’aiguille. Avec deux épaisseurs de tissu, l’épaisseur située au dessus a tendance à ne pas être entrainée avec celle du dessous, et c’est d’autant plus le cas avec un tissu extensible qui va alors se détendre et provoquer un décalage dans l’assemblage. Un pied presseur à double entraînement garantit que les deux couches de tissu sont transportées au même rythme.

Pour ma part, je suis une mauvaise élève : je n’ai jamais utilisé de pied à double entraînement, mais je me porte plutôt bien ! Honnêtement, je devrais m’en acheter un !!

5. Ne pas détendre le tissu maille en le cousant

Oui le tissu extensible est fait pour être détendu ; mais pendant la couture mais aussi pendant la découpe, il faut tout faire pour éviter qu’il ne se détende. En usine de confection, le tissu est installé sur la table de découpe 24h avant la découpe pour qu’il reprenne sa forme correctement.

En tirant trop sur le tissu pendant la couture, les risques sont les suivants :

  • coutures déformées et gondolées
  • encolures qui baillent et des ourlets qui gondolent
  • soucis de taille

Voici ce que vous pouvez faire pour éviter de détendre le tissu pendant la couture:

  • Ne tirez pas dessus pendant que vous cousez, laissez-le s’entraîner tout seul sous le pied de biche
  • Si sans tirer, il se détend quand même, baissez la pression du pied de biche
  • Utilisez un pied à double entraînement (NB pour moi aussi !)
  • Certaines couture sont délicates et nécessitent d’étirer une épaisseur sans étirer une autre…comme pour les encolures. Pour cela, mon seul conseil est de prendre son temps, et de se faire son expérience. Plus vous coudrez d’encolures, plus elles seront réussies.

Comments (0)

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Restons en contact